Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage

La situation mondiale des transferts monétaires en 2020 – Chapitre 6B : investir dans l’innovation pour les transferts monétaires

TENDANCES ET RISQUES

Malgré la croissance des secteurs tels que la finance numérique, l’appétit pour l’innovation en matière de transferts monétaires a légèrement diminué depuis 2017

 

L’attention accordée à la compréhension et à l’analyse de la valeur de l’innovation du point de vue du bénéficiaire a augmenté.

La croissance des services numériques offre de nombreuses possibilités, mais elle exige également de prendre soigneusement en considération les préjudices réels potentiels pour les récipiendaires, étant donné que des données sensibles les concernant sont collectées et gérées. Il est également nécessaire d’investir davantage dans l’évaluation et la gestion des risques.

TECHNOLOGIE FINANCIÈRE ET TRANSFERTS MONÉTAIRES

Les services mobiles et l’utilisation de l’argent mobile pour les transferts monétaires ne cessent de croître. 60 % des fournisseurs d’argent mobile ont déclaré s’être associés à une organisation humanitaire pour effectuer des transferts monétaires (GSMA).

L’accent est mis de plus en plus sur la fourniture et la gestion de l’identité numérique comme moyen essentiel d’accès à l’aide et à des services financiers plus larges, les donateurs, les chercheurs et les responsables de la mise en œuvre y investissant du temps et des efforts. Les politiques et les pratiques ont évolué, notamment avec la mise en place de plateformes pilotes de gestion de l’identité basées sur des blockchains qui permettent aux bénéficiaires de l’aide de contrôler leurs données, ainsi que des politiques sur l’utilisation de la technologie biométrique dans les processus d’enregistrement et de vérification de l’identité.

On observe une croissance constante des modèles de services financiers sans intermédiaires (c’est-à-dire des transactions directes supprimant les institutions intermédiaires) et des modèles de services financiers fondés sur des jetons. Cependant, l’application dans la vie réelle des transferts monétaires humanitaires à grande échelle semble encore lointaine.

ACTIONS PRIORITAIRES

  •  Les acteurs humanitaires et les partenaires du secteur privé et de la recherche concernés doivent continuer à se concentrer sur le renforcement de la collaboration et l’établissement de partenariats à long terme entre les humanitaires et les prestataires de services financiers, y compris les organismes de transfert d’argent mobile, afin de garantir que les solutions soient souples et répondent aux besoins à court et à long terme des bénéficiaires
  • Les acteurs humanitaires et les partenaires du secteur privé et de la recherche concernés doivent continuer à explorer et à investir dans des innovations qui privilégient les résultats de qualité pour les bénéficiaires et dans lesquelles ces derniers trouvent de la valeur. Cette démarche devrait s’appuyer  sur une évolution  de la technologie vers une technologie plus inclusive et une innovation centrée sur les personnes.
  • Les acteurs humanitaires devraient développer une collaboration intersectorielle plus forte afin d’articuler et de convenir de normes en matière de droits et de gouvernance des données pour garantir que l’utilisation croissante des innovations en matière d’identité numérique et de gestion des données soit conforme à la nécessité de “ne pas nuire sur le plan numérique”.