Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage

La situation mondiale des transferts monétaires en 2020 – Chapitre 5: coordination

DÉFIS GLOBAUX, IMPACTS ET OPTIONS

Les progrès ont été très limités en ce qui concerne l’accord sur le rôle, la portée, la direction et les ressources de la coordination des transferts monétaires depuis 2017, avec des problèmes particuliers concernant les transferts monétaires à usages multiples.

90% des informateurs clés ont noté que l’impasse mondiale sur la coordination des transferts monétaires continue d’avoir de réelles répercussions opérationnelles, limitant les possibilités de collaboration et d’amélioration de la qualité et de l’impact des transferts monétaires.

Les efforts déployés pour résoudre les questions en suspens concernant la coordination des transferts monétaires ont échoué, en partie parce qu’ils n’ont pas suffisamment tenu compte des facteurs qui entravent le changement.

Les transferts d’espèces remettent en question l’architecture de coordination et de financement établie. Il n’est pas réaliste d’attendre des organisations qu’elles procèdent à des changements à forts enjeux qui sont perçus comme allant à l’encontre de leurs intérêts ; la défense des intérêts doit mieux tenir compte des incitations au changement.

Pour sortir de l’impasse en matière de coordination, il est possible (i) de confier la direction de chaque réponse au principal acteur en matière de transfert monétaire, (ii) de confier à une agence opérationnelle le soin de diriger la coordination des transferts monétaires au niveau mondial, (iii) de coordonner les transferts monétaires par l’intermédiaire du groupe de coordination inter-clusters (ICCG) ou, (iv) d’apporter des changements plus fondamentaux et à plus long terme à la coordination (non spécifiques aux transferts monétaires).

LES PROGRÈS AU NIVEAU DE LA RÉPONSE

Malgré l’absence d’accord global, l’expérience en matière de coordination des transferts monétaires au niveau des interventions se développe, les groupes de travail sur les transferts monétaires générant de nouveaux outils, approches et apprentissages.

Les Groupes de travail sur les transferts monétaires contribuent à l’efficience et à l’efficacité de la programmation, mais ils bénéficieraient d’un meilleur financement (par exemple par le biais de plans d’intervention humanitaire) et d’une inclusion dans la prise de décision stratégique au niveau de la réponse.

ACTIONS PRIORITAIRES

  • Le groupe des blocages politiques du Grand Bargain et celui des donateurs devraient continuer à plaider pour la normalisation d’une  approche  prévisible de la coordination des transferts monétaires par les acteurs internationaux. Les décisions devraient donner la priorité à ce qui est le plus judicieux pour les populations touchées.
  • Le Groupe des donateurs et le groupe des blocages politiques du Grand Bargain devraient à nouveau s’adresser au IASC, avec des options et des recommandations claires.
  • Les donateurs et les autres décideurs au niveau de la réponse devraient s’assurer que les Groupes de travail sur les transferts monétaires (CWG) disposent de ressources suffisantes et de liens solides avec le reste de l’architecture de la réponse.
  • Les responsables, les membres et les autres parties prenantes des Groupes de travail surLes transferts monétaires devraient veiller à un partage et à une saisie plus systématiques des connaissances entre les Groupes de travail sur les transferts monétaires