Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage
  1. Accueil

La situation mondiale des transferts monétaires en 2020 – Chapitre 3 : une programmation de qualité

QUI DÉFINIT LA QUALITÉ DES TRANSFERTS MONÉTAIRES ?

L’accent mis sur l’amélioration des transferts monétaires (TM) est progressivement passé d’une échelle accrue à une qualité améliorée et s’oriente maintenant vers une qualité définie en termes de résultats pour les bénéficiaires.


Un consensus émerge parmi les acteurs des transferts monétaires sur ce qui constitue la qualité en termes d’efficacité, d’efficience et de redevabilité.

Les bénéficiaires de l’aide ont des points de vue différents de ceux des acteurs humanitaires sur ce qu’ils apprécient dans l’aide.

Rechercher et agir sur les commentaires des bénéficiaires des transferts monétaires et des communautés affectées tout au long du cycle du programme peut améliorer la qualité du programme. La question est de savoir si les acteurs humanitaires sont à la fois désireux et capables de le faire.

L’accent doit être mis sur la qualité globale de la programmation, et pas seulement sur la qualité des transferts monétaires. Assurer la qualité des transferts monétaires peut être un catalyseur ou un point d’entrée pour explorer les moyens d’améliorer la qualité de toutes les réponses.

LA COLLABORATION POUR LA”MISE À L’ÉCHELLE” DES TRANSFERTS MONETAIRES

La reconnaissance du fait que les transferts monétaires impliquent des changements dans la façon dont les acteurs humanitaires travaillent ensemble a conduit à des approches de collaboration plus nombreuses, nouvelles et évolutives. Celles-ci comprennent les consortiums, les mécanismes de paiement partagé et les efforts visant à accroître l’interopérabilité et l’intégration des systèmes et des processus

Il n’y a pas d’approche unique, ni d’optimisation automatique des ressources dans la collaboration pour la mise à l’échelle des transferts d’espèces. La détermination du bon modèle opérationnel de transferts monétaires et des investissements à réaliser dépend de facteurs contextuels, notamment le type, la durée et la complexité d’une intervention.

Il y a des compromis en matière de qualité lors de la mise à l’échelle des transferts d’espèces. Il est nécessaire de comprendre où et quand les composantes de la qualité (par exemple, l’amélioration de la redevabilité) justifient les coûts dans le contexte de budgets limités.

Il est probable que le nombre d’acteurs impliqués dans la fourniture de transferts monétaires “ à l’échelle” et dans la programmation de bout en bout des transferts monétaires sera réduit. D’autres agences auront un rôle important à jouer, mais devront faire preuve de souplesse et développer des “ créneaux à valeur ajoutée” qui favorisent la qualité.

ACTIONS PRIORITAIRES

  • Les agences opérationnelles et les donateurs devraient collaborer et partager l’apprentissage sur les modèles opérationnels et s’accorder sur les avantages et les limites des différents modèles dans différents contextes.
  • Les acteurs humanitaires doivent développer et utiliser des mesures communes pour évaluer l’efficacité, l’efficience et la redevabilité.
  • Les acteurs humanitaires concernés devraient collaborer pour piloter l’intégration systémique d’une approche indépendante, centrée sur les personnes, afin de saisir les perspectives des bénéficiaires, et des fonctions indépendantes de suivi, évaluation, redevabilité et apprentissage (SERA) au niveau de la réponse.
  • Les agences opérationnelles, les donateurs et les chercheurs doivent produire des preuves des avantages et des coûts des éléments de “qualité” tels que le suivi par une tierce partie.
  • Les donateurs et les agences opérationnelles doivent reconnaître les compromis entre la qualité et l’échelle et s’accorder sur ce qui est possible dans différents contextes.
  •  Les donateurs devraient réviser les directives relatives aux financements afin de reconnaître et de soutenir les éléments qui favorisent une programmation de qualité, permettant aux organismes de développer des rôles spécialisés.