Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage
  1. Accueil

La situation mondiale des transferts monétaires en 2020 – Chapitre 2 : intégration des transferts monétaires – progrès ; risques & défis

PROGRÈS ET DÉFIS

Les transferts monétaires, y compris les transferts monétaires à usages multiples, constituent un outil de plus en plus courant et bien compris dans le cadre des interventions humanitaires, mais des obstacles subsistent à leur utilisation.

 


Pour que les transferts monétaires soient utilisés là où ils sont les plus appropriés, il est nécessaire de renforcer l’analyse des options de réponse, mais cette démarche se heurte à des obstacles techniques, politiques et financiers. L’inclusion de l’analyse des options de réponse et des plans d’intervention humanitaire montre des progrès, mais il faut faire plus, y compris dans le cadre du système des groupes thématiques

Une analyse solide des options de réponse doit être basée sur des évaluations multisectorielles solides des besoins et des marchés.


Les évaluations de marché multisectorielles sont souvent sous-utilisées, la collaboration est insuffisante et les données ne sont pas régulièrement partagées

RISQUES PERÇUS

Les secteurs ont bien progressé dans l’utilisation des transferts monétaires, mais les préoccupations concernant la qualité des programmes et l’obtention des résultats demeurent un obstacle pour certains

 

Les transferts monétaires ne sont pas intrinsèquement plus risqués que d’autres types d’aide, mais les perceptions continuent d’affecter l’utilisation des transferts monétaires. La plupart des risques perçus les plus importants sont liés à la qualité des programmes.

Les perceptions des risques liés à la gestion numérique et des données ont gagné en importance. Les acteurs humanitaires doivent travailler rapidement pour s’entendre sur ce que signifie “ne pas nuire sur le plan numérique”.

ACTIONS PRIORITAIRES

  • Tous les acteurs humanitaires devraient soutenir le renforcement et l’utilisation systématique de l’analyse des options de réponse, étayée par de solides évaluations des besoins multisectoriels, qui devraient intégrer à la fois les transferts monétaires à usages multiples et les transferts monétaires sectoriels spécifiques dans un cadre de programmation intégré.
  • Tous les acteurs humanitaires devraient soutenir les actions proposées par le Grand Bargain Workstream sur l’évaluation  conjointe des besoins afin d’améliorer les ressources, la coordination et la redevabilité en matière d’évaluation et d’analyse multisectorielles.
  • Tous les acteurs humanitaires concernés devraient collaborer afin de développer davantage les éléments permettant d’obtenir des résultats sectoriels spécifiques par le biais des transferts monétaires, y compris les transferts monétaires à usages multiples, et envisager systématiquement des options de réponse sectorielle sous forme de transferts monétaires.
  • Lorsqu’il existe des perceptions selon lesquelles les transferts monétaires sont intrinsèquement plus risqués que d’autres types d’assistance, les acteurs humanitaires devraient contester ces hypothèses en se basant sur le vaste ensemble de preuves existantes.
  • Les agences et les donateurs opérationnels doivent donner la priorité à la gestion des risques liés aux données numériques en tant que domaine de développement des compétences et des connaissances.