Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage

La situation mondiale des transferts monétaires en 2020 – Chapitre 1 : Financement, politiques, volume et collaboration

VOLUME ET FINANCEMENT

Le volume mondial des transferts monétaires a atteint 5,6 milliards de dollars en 2019, après avoir augmenté d’une année sur l’autre, passant de 2 milliards de dollars en 2015. Les transferts monétaires ont également augmenté en pourcentage de l’aide humanitaire internationale, s’élevant à 17,9 % en 2019, contre 7,9 % en 2015.

La croissance de l’utilisation des transferts monétaires devrait se poursuivre. Entre autres aspects, l’efficacité relative des transferts monétaires est susceptible de favoriser le passage à l’échelle supérieure, en particulier à mesure que le fossé entre les besoins et le financement se creuse et que la pression pour « faire plus avec moins » s’accroît.

 

La croissance de l’utilisation des transferts monétaires reste inégale selon les acteurs humanitaires. La proportion des transferts monétaires programmés par les agences du système des Nations Unies et leurs partenaires a augmenté chaque année depuis 2017, pour atteindre 63 % en 2019

L’utilisation des transferts d’espèces par rapport aux coupons, a augmenté en pourcentage pour les transferts monétaires depuis 2015, et représentait les trois quarts du total en 2019.

Le suivi des volumes de transferts monétaires s’est amélioré, les exigences en matière de rapports ayant été convenues. Toutefois, des travaux et des investissements importants sont encore nécessaires pour respecter les engagements pris dans ce domaine.

DONATEURS ET POLITIQUES

Depuis 2017, les agences et les donateurs ont progressé davantage vers le respect des engagements politiques visant à accroître l’utilisation et la qualité des transferts monétaires.


Dans l’ensemble, le positionnement des donateurs par rapport aux transferts monétaires est perçu comme étant plus fort, plus clair et mieux coordonné qu’auparavant.
Cependant, une plus grande cohérence sur les questions sectorielles et au niveau des pays serait bénéfique à la planification des interventions.

L’accent a été mis davantage sur le soutien des approches collaboratives en matière de transferts monétaires.

ACTIONS PRIORITAIRES

  • Tous les acteurs humanitaires devraient s’efforcer d’améliorer la qualité  des  transferts  monétaires  au sein du système humanitaire global, en mettant en les ambitions pour augmenter et améliorer les transferts monétaires dans la pratique, sur la base d’initiatives telles que l’approche commune des donateurs.
  • Les donateurs devraient fournir un financement pluriannuel plus souple, permettant une programmation plus intégrée pour répondre aux besoins fondamentaux, y compris le soutien aux activités sectorielles spécifiques si nécessaire. Les organismes opérationnels devraient être plus ouverts et plus transparents en ce qui concerne l’efficacité et le coût de la programmation.
  • Tous les acteurs humanitaires devraient orienter leurs efforts vers une plus grande coordination et un meilleur partenariat entre les initiatives de prestation collaboratives, et inclure un plus large éventail de parties prenantes, y compris les acteurs nationaux et locaux.
  • Tous les acteurs humanitaires devraient s’engager à travailler à l’établissement de conditions minimales pour le suivi des transferts monétaires. Les donateurs devraient soutenir le renforcement des systèmes de programmation et de gestion et rapportage financiers.