Skip to content
We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage
  1. Accueil
  2. Bibliothèque
Guides et outils

Une aide efficace, centrée sur les personnes : pourquoi il est urgent d’accélérer les progrès en matière de transferts monétaires pour les personnes en situation de crise

Ce document de politiques générales, qui présente des arguments clairs en faveur de l'action, expose les dernières données probantes et informations sur la manière dont les transferts monétaires sont utilisés, et indique s'ils atteignent leur potentiel en matière de soutien aux personnes en situation de crise. Il nous est conseillé de définir et de nous engager dans une nouvelle vision collective du développement des transferts monétaires.

4 décembre 2022 — De Karen Peachey

Introduction 

Deux nouvelles études ont montré qu’il est possible d’augmenter la portée et l’efficacité de l’assistance aux personnes touchées par une crise, et ont souligné des pistes de changements réalisables.   

Ces études s’interrogent sur : 

  1. la mesure dans laquelle l’utilisation des transferts monétaires peut être étendue,
  2.  les conséquences de cet élargissement sur le fonctionnement du système humanitaire,
  3. la manière dont les engagements en matière de politiques générales ont influencé le changement.

Elles concluent qu’il existe une opportunité de taille d’augmenter davantage l’utilisation des transferts monétaires et d’améliorer la qualité du processus.  

Basée sur une analyse approfondie des dernières données disponibles et une modélisation prudente, la première étude porte principalement sur l’augmentation des transferts monétairesi . Elle contient notamment un examen des problèmes relatifs à l’aide liée, l’utilisation faite des différents mécanismes de financements, le manque de discussions concernant les évolutions du domaine de la préparation, et bien d’autres enjeux.  

La deuxième étude s’est penchée sur les politiques relatives aux transferts monétairesii.   En examinant les politiques des bailleurs et des organisations de mise en œuvre, elle a analysé l’influence des objectifs et des engagements de croissance sur le changement, tant au niveau des organisations que des systèmes. 

 

Les deux études sont basées sur des discussions avec des informateurs clés de l’ensemble du système humanitaire. Elles reposent sur l’analyse d’un nombre considérable de données existantes, la modélisation des tendances, l’examen des politiques et de la littérature connexe.  

Ensemble, elles présentent de nouvelles perspectives sur les possibilités offertes, le réseau complexe de politiques qui influencent le système humanitaire et les obstacles au changement. Elles aboutissent à la conclusion qu’il y a un besoin urgent de donner une nouvelle orientation aux politiques générales.  

Avec la publication de ces études, nous vous invitons à participer à la discussion et à prendre de nouveaux engagements en vue d’améliorer l’aide. 

Lacunes émergentes dans les politiques générales  

Entre 2015 et 2017, de nombreux engagements ont été pris dans le monde en matière de politiques de transferts monétaires, à l’époque du Grand Bargain, et sont résumés dans le Cadre stratégique pour l’action.  

De nouvelles études centrées sur les politiquesiii montrent que les engagements mondiaux en matière de transferts monétaires et les initiatives coordonnées ont joué un rôle important dans la création d’un environnement favorable aux transferts monétaires. Des initiatives individuelles et collectives ont favorisé des changements systémiques, les efforts de certains acteurs ayant stimulé les autres. Nombre de ces engagements collectifs, y compris potentiellement le Grand Bargain, touchent à leur fin. Par conséquent, le temps consacré aux discussions sur les transferts monétaires a diminué ces dernières années. C’est pourquoi, on s’inquiète de plus en plus de voir des lacunes émerger et les efforts en matière de politiques perdre leur élan.  

Pourquoi c’est important 

La grande majorité des personnes touchées par une crise préfèrent recevoir une assistance monétaire plutôt qu’une assistance en nature. Les données montrent également que les transferts monétaires ont davantage d’effets positifs sur les économies localesiv et permettent dans de nombreux cas de gagner en efficience et efficacitév. Tout cela est connu et bien établi. 

L’utilisation des transferts monétaires a considérablement augmenté au cours des six dernières années. Ils représentent à présent près de 19 %vi de l’aide humanitaire internationale et jouent un rôle important dans la plupart des réponses humanitaires dans le monde. L’utilisation croissante des transferts monétaires est l’une des évolutions majeures du système humanitaire durant la dernière décennie. 

Néanmoins, malgré des progrès importants, il existe des raisons de s’inquiéter.  

Le rythme de croissance de l’utilisation des transferts monétaires ralentit, mais nous sommes loin des niveaux qui seraient atteints si les transferts monétaires étaient utilisés partout dans le monde, dans tous les contextes pertinents. Avec l’augmentation des besoins humanitaires et la pression exercée sur les ressources, l’aide doit être toujours plus efficace et plus adaptée aux préférences des personnes en situation de crise. Une action collective est nécessaire pour accélérer le changement. 

CE QUE RÉVÈLENT LES DONNÉES : FAITS ÉTABLIS ET NOUVELLES ÉTUDES 

LA NÉCESSITÉ DES TRANSFERTS MONÉTAIRES 

  • Les personnes préfèrent les transferts monétaires : Les données montrent que dans la plupart des cas et dans la majeure partie du monde, les personnes en situation de crise préfèrent l’assistance monétaire à l’assistance en naturevii viii. 
  • L’enjeu est de fournir une aide efficace : Les données montrent que les transferts monétaires répondent aux besoins de base des populations et présentent un large éventail de résultats. Elles attestent également de l’efficacité des transferts monétairesix aussi bien en termes de distributionx que d’effets positifs sur les économies localesxi 
  • Les données probantes sont solides : Ces dernières années, les données et les connaissances relatives à l’usage efficace des transferts monétaires ont augmenté. Il existe beaucoup de données probantes relatives aux préférences des bénéficiaires, aux modes de gestion, aux considérations thématiques, ou encore aux coûts.  

DES TRANSFERTS MONÉTAIRES QUALITATIFS ET QUANTITATIFS : LE PLEIN POTENTIEL EST LOIN D’ÊTRE ATTEINT  

  • L’utilisation des transferts monétaires augmente : La part des transferts monétaires dans l’aide humanitaire internationale est passée de 7,9 % en 2015 à 19 % en 2021xii 
  • Le rythme d’augmentation ralentit : L’utilisation des transferts monétaires continue de croître MAIS le rythme s’est considérablement ralenti – passant d’une moyenne annuelle de 27 % entre 2016 et 2020 à tout juste 3 % entre 2020 et 2021.xiii  
  • L’assistance monétaire est actuellement sous-utilisée : Cette nouvelle étude montre que si les transferts monétaires étaient utilisés à chaque fois que le contexte le permettait, ils représenteraient 30 % à 50 % de l’aide humanitaire internationalexiv. 
  • L’utilisation de l’assistance monétaire varie en fonction des sources de financement : L’étude a révélé par exemple que certains fonds communs au niveau des pays avaient des objectifs relatifs à l’utilisation de l’assistance monétaire. Elle a également montré que le taux d’utilisation de l’assistance monétaire dans le cadre des affectations de fonds via le Fonds central d’intervention d’urgence était considérablement inférieur à la moyenne mondiale d’utilisation dans les réponses humanitaires. 
  • Une augmentation de l’utilisation nécessite des efforts collectifs : La croissance potentielle de l’utilisation des transferts monétaires requiert une multitude d’initiatives, d’organisations et de lieux d’utilisation.  Il n’existe pas de réservoir inexploité de croissance ni de levier unique de changement.  
  • Pour améliorer la qualité, il faut garder le rythme : Dans certains domaines, les améliorations dans la programmation des réponses humanitaires ne suivent pas le rythme de l’évolution des bonnes pratiques.  Il est fondamental de donner la priorité à la qualité et à l’efficacité.  
  • Des efforts collectifs favoriseront une amélioration des résultats : Une plus grande harmonisation des approches est nécessaire pour améliorer la qualité des réponses, notamment dans les initiatives relatives à l’interopérabilité. Bon nombre des initiatives nécessaires sont réalisables sur le plan technique mais requièrent une forte volonté politique car elles influencent les relations entre les organisations et les flux de financement. 

LIMITES ET OPPORTUNITÉS DU SYSTÈME HUMANITAIRE  

  • Le système doit évoluer : Ces nouvelles études montrent qu’une augmentation de l’aide en nature pourrait se faire via les transferts monétaires, mais le système humanitaire entrave lui-même les progrès accomplis dans ce domaine. De même, les restrictions des bailleurs limitent parfois le choix des modalités. Par exemple, si la totalité du budget américain Title II avait été consacrée aux transferts monétaires en 2017, la part du volume mondial des transferts monétaires dans l’aide humanitaire internationale serait passée de 15 % à 21 %. En outre, les décisions des organisations opérationnelles créent aussi des limitations. Ainsi, le pré-positionnement des réserves peut créer une pression pour leur utilisation, au détriment de la prise en compte des préférences des populations. Avec l’augmentation des investissements dans la préparation à l’assistance monétaire, une baisse des investissements dans les articles d’aide prépositionnés devrait être possible.  
  • L’utilisation accrue des transferts monétaires implique une modification des méthodes de travail : Dans certains contextes, les meilleurs moyens d’augmenter l’utilisation des transferts monétaires sont le renforcement des liens avec la protection sociale ou l’accès à de nouvelles sources de financement, comme les institutions financières internationales.  
  • Combler le fossé entre le secteur humanitaire et celui du développement : L’assistance monétaire encourage les échanges entre le personnel humanitaire et celui du secteur du développement : les liens entre les aides monétaires humanitaires et les systèmes de protection sociale sont sérieusement envisagés ; et les travaux sur les transferts monétaires et l’action anticipative commencent à évoluer.  
  • Il est nécessaire d’augmenter les ressources et de les utiliser plus efficacement. Avec l’augmentation des besoins humanitaires au niveau mondial, il est nécessaire d’utiliser les ressources existantes de manière plus efficace tout en augmentant le niveau de financement disponible. L’utilisation des transferts monétaires devrait continuer à augmenter au niveau mondial, mais il est toutefois nécessaire de faire une analyse prudente de chaque contexte et de chaque secteur pour déterminer quelles sont les proportions de transferts monétaires et d’assistance en nature les plus adaptées à chaque situation. 
  • La nécessité d’adapter le système humanitaire : L’utilisation croissante de l’assistance monétaire remet en question la structure du système humanitaire. Les transferts monétaires à usages multiples n’ont pas réellement leur place dans la structure actuelle. L’envoi de transferts monétaires aux mêmes personnes pour des usages distincts remet en question l’efficacité du système. En outre, la création de liens avec la protection sociale et le financement du développement nécessitent de nouveaux partenariats et de nouvelles collaborations. Parallèlement, une remise en question des rôles et des modèles opérationnels a lieu à mesure que les changements se poursuivent. 
  • La nécessité d’adapter le financement de l’aide humanitaire et du développement : À mesure que la distinction entre les aides monétaires humanitaires et les aides monétaires au développement se réduit, on peut se demander s’il est nécessaire de changer le financement des aides pour encourager l’utilisation de méthodes de travail plus efficaces. 
  • Les engagements collectifs comptent : Les recherches sur les engagements en matière de politiques générales montrent que les engagements mondiaux en faveur des transferts monétaires et les initiatives coordonnées ont joué un rôle décisif dans la création d’un environnement favorable aux transferts monétaires. Des efforts individuels et collectifs ont contribué à un changement systémique, les mesures prises dans un domaine ou par un groupe donné ayant eu des retombées positives sur les autres, ce qui a entraîné des changements ailleurs dans le système. 

ALLER DE L’AVANT  

LE CONSTAT EST SANS APPEL : 

  1. Les besoins humanitaires augmentent  
  2. Les transferts monétaires sont généralement la solution d’aide préférée des personnes touchées par une crise 
  3. Les transferts monétaires doivent être plus utilisés et représenter une part plus importante de la réponse humanitaire mondiale  
  4. La qualité globale des réponses humanitaires, notamment l’utilisation des transferts monétaires, doit être renforcée 
  5. Les ressources peuvent être utilisées de manière plus efficace et efficiente 
  6. Le renforcement et l’élargissement des systèmes de protection sociale aident à garantir la prise en charge des besoins des populations par les gouvernements 

IL EST URGENT DE : 

  • Définir et s’engager à adopter une nouvelle vision commune concernant le développement des transferts monétaires. 
  • Surmonter les obstacles et résoudre les dilemmes stratégiques liés à l’évolution des transferts monétaires, notamment en examinant comment et dans quelle mesure la structure actuelle du système humanitaire doit s’adapter à l’utilisation croissante des transferts monétaires. 

L’utilisation croissante des transferts monétaires soulève des questions et des dilemmes majeurs, ainsi que d’importants problèmes techniques à résoudre. Il faudra pour cela une orientation claire, un engagement collectif et une volonté politique concertée.  

Le CALP Network appelle à l’ouverture d’un dialogue à l’échelle du système destiné à définir de nouveaux engagements politiques et accélérer les progrès collectifs en vue d’augmenter la portée et l’efficacité des réponses.

Pour vous tenir au courant des évolutions et des possibilités d’engagement, abonnez-vous à la newsletter du CALP Network.