Skip to content

La situation mondiale des transferts monétaires 2023

We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage
  1. Accueil
  2. Blog
Blog Post

Pourquoi vous faut-il un plan A, B et C : l’utilisation des transferts monétaires dans des zones difficiles d’accès

Les transferts monétaires peuvent être un choix de réponse valable dans les zones difficiles d’accès, mais ils doivent être correctement adaptés au contexte, avec un investissement suffisant dans la préparation. Mirko Tommasi explique comment la préparation de plusieurs plans, la flexibilité et la capacité à changer de plan rapidement et fréquemment sont essentielles pour réussir dans des contextes difficiles.

16 janvier 2023 — De Mirko Tommasi

Ramatou

L’Afrique de l’Ouest et du Centre a connu une augmentation continue des besoins humanitaires au cours de la dernière décennie. En 2022, OCHA a estimé que plus de 30 millions de personnes avaient besoin d’une aide humanitaire urgente au Sahel, et 30 millions supplémentaires en République centrafricaine et en République démocratique du Congo. Les conflits armés internes et transfrontaliers sont l’un des principaux moteurs des besoins dans la région. La population n’a pas accès à une alimentation adéquate, à l’eau, aux soins de santé et aux autres services de base. Au cours des trois dernières années, la situation a été aggravée par les effets du Covid-19, puis de la crise Ukraine/Russie, qui ont déclenché une hausse des prix des denrées alimentaires, déjà très élevés.

Accéder physiquement aux communautés touchées est très difficile dans de nombreux endroits, notamment dans les zones de conflit actif. Ainsi, à mesure que les besoins augmentent, il devient plus difficile d’y répondre car l’accès aux populations en crise diminue. Au Niger, par exemple, selon le Cluster Sécurité alimentaire, en 2023, près de 40 % des personnes susceptibles de souffrir d’insécurité alimentaire vivent dans des endroits difficiles à atteindre.

À quoi ressemblent les transferts monétaires dans les zones difficiles d’accès ?

Les zones difficiles d’accès seront exposées à des changements continus et substantiels, qui incluent (mais pas exclusivement) : des populations qui se déplacent dans un délai court, des changements rapides dans les parties prenantes opérant dans une zone, des changements dans la fiabilité des réseaux mobiles (peut-être en raison de la destruction de l’infrastructure du réseau), des changements rapides dans la disponibilité des vendeurs et des agents, et des changements rapides dans les marchés.

Devrions-nous utiliser les transferts monétaires dans les zones difficiles d’accès ?

Oui, cela peut être difficile, mais cela en vaut la peine, surtout si les communautés concernées préfèrent les transferts monétaires et si les conditions du marché le permettent.

Dans de nombreux cas, les habitants des zones difficiles d’accès préfèrent les transferts monétaires à l’aide en nature. L’assistance monétaire offre une plus grande dignité et permet aux personnes de faire leurs propres choix, par exemple en leur permettant de déménager dans un délai court si nécessaire.

En outre, les transferts monétaires sont également accessibles grâce à des options telles que les paiements numériques et la gestion à distance, davantage adaptées pour répondre aux besoins des personnes en déplacement.

Comment faire pour que ça marche ?

Quelle que soit la modalité choisie, il est complexe de répondre aux besoins des personnes vivant dans des zones difficiles d’accès. Les transferts monétaires constituent une option de réponse précieuse qui peut donner de bons résultats, si ils sont adaptés au contexte et si des investissements suffisants sont consentis pour la préparation.

S’il convient d’éviter une approche unique dans tous les contextes, cela est encore plus vrai dans les zones difficiles d’accès, où le contexte peut changer rapidement. S’ils sont bien conçus, les transferts monétaires ne consistent pas à proposer une seule option, mais une série d’approches (monnaie électronique, espèces dans des enveloppes, coupons ou toute combinaison de ces éléments) qui peuvent être adaptées au contexte et ajustées en fonction de l’évolution de la situation.

Préparation, préparation, préparation

La préparation est la clé du succès d’une réponse efficace, surtout lorsqu’elle vise des populations difficiles d’accès. De plus, étant donné la fragilité inhérente à cibler des communautés dans les zones touchées par les conflits, les organisations doivent être prêtes à changer de plan rapidement et fréquemment. Par exemple, en ayant plusieurs contrats avec différents fournisseurs de services financiers, il est possible de passer facilement d’un service à l’autre.

Il n’est pas très utile d’avoir un plan unique, étant donné la forte probabilité que la situation change. En ayant plusieurs plans en place, il est possible de s’adapter à des contextes fragiles et de maintenir le soutien aux personnes dans le besoin.

En substance, travailler dans des contextes difficiles exige d’être encore plus préparé que d’habitude. Cela signifie qu’il faut explorer différentes options, identifier un éventail de moyens pour mettre en œuvre les transferts monétaires, entreprendre davantage d’analyses de risques et de faisabilité. Elle nous oblige à avoir un plan A, un plan B et un plan C, chacun préparé et testé. Elle exige que les processus et systèmes de décision de l’organisation soutiennent le changement et soient capables de passer d’un plan à un autre si nécessaire. Enfin, cette flexibilité doit être convenue à l’avance avec les bailleurs au cas où elle aurait un impact sur les accords de financement.

Les véritables partenariats valent de l’or

De véritables partenariats entre les parties prenantes sont essentiels, que ce soit entre les communautés et les agences, les organisations locales et internationales, les organisations humanitaires et le secteur privé.

Dans un contexte d’évolution rapide et d’environnements complexes, ces partenariats doivent être construits non seulement sur des accords et des procédures solides, mais aussi sur une base de confiance et de respect mutuels.

Là encore, la préparation est essentielle : l’engagement actif doit commencer pendant la phase de planification des transferts monétaires et se poursuivre pendant la phase de mise en œuvre. Il est important de préciser dès le départ qui fait quoi, où se situent les risques, comment ils sont partagés et comment les décisions doivent être prises, en particulier lorsqu’il s’agit de passer d’un plan à l’autre.

Ces vérités sont apparues clairement lors d’une récente étude portant sur la préparation aux transferts monétaires dans la Corne de l’Afrique.

Pour résumer…

Non seulement il est possible d’utiliser les transferts monétaires dans les zones difficiles d’accès, mais c’est souvent souhaitable.  C’est souvent l’aide préférée du point de vue du bénéficiaire, et elle peut fournir aux agences un moyen d’atteindre certaines des personnes les plus vulnérables avec la flexibilité nécessaire. Mais pour cela, une préparation et de véritables partenariats sont indispensables.

Pour les francophones, nous avons une série de webinaires sur ce même sujet fin 2022, dont les enregistrements sont désormais disponibles.

Nous aimerions avoir votre avis dans les commentaires : les transferts monétaires ont-ils été un outil utile pour atteindre les personnes affectées par la crise vivant dans des zones difficiles d’accès, et la préparation a-t-elle permis de mettre en place des programmes plus efficaces ?

 

Image de couverture : Ramatou Issa, 55 ans, veuve avec quatre enfants. Elle vit à Gorou Kirey, dans la banlieue nord de Niamey, la capitale du Niger. Elle vit des petites entreprises. L’insécurité a obligé des milliers de personnes à se réfugier dans son village. En conséquence, il n’y a plus assez de terres arables pour répondre aux besoins des familles et la récolte de l’année dernière a été catastrophique. La plupart des familles dépendent de l’aide pour survivre. Crédit : Moustapha Diallo, FICR. Juillet 2022.

 

La situation mondiale des transferts monétaires 2023

Lisez le rapport dès maintenant