Skip to main content

Le b.a.-ba des transferts monétaires : tout ce que vous devez savoir

We are sorry but the page you are looking for is not available in the language you have selected, please go to the corresponding homepage
  1. Accueil
  2. Blog
Blog Post

Repenser la vulnérabilité, l’équité et le ciblage des transferts monétaires : et si nous laissions les gens décider ?

S'il est courant de demander aux personnes touchées par une crise si elles préfèrent des transferst monétaires, une assistance en nature ou une autre modalité d'aide, elles sont rarement consultées lorsqu'il s'agit de la durée de l'aide, de sa couverture ou de la valeur des transferts. Ce blog affirme que l'engagement des communautés affectées sur ces questions pourrait permettre d'en faire plus avec des fonds limités.

19 septembre 2023 — De Heba Ibrahim

L’aide humanitaire était autrefois considérée comme un soutien à court terme, destiné à sortir les gens d’une crise immédiate. Aujourd’hui, plus de la moitié (59 %) de l’aide humanitaire mondiale est destinée aux personnes confrontées à des crises prolongées, et l’on estime que ce chiffre atteindra 71 % au cours de la prochaine décennie. Les transferts monétaires n’ont pas vraiment pris la mesure de cette réalité. L’aide est ciblée sur les personnes considérées comme “les plus vulnérables”, même dans des contextes où des communautés entières sont dans une situation désespérée. Dans de nombreux cas, la durée de l’aide est largement insuffisante : les personnes en proie à des conflits qui durent depuis des décennies ne reçoivent un transfert monétaire que pour une durée de un à trois mois.

Bien entendu, dans un monde où les fonds sont limités et où de nouvelles crises apparaissent fréquemment, il semble impossible d’aider tout le monde de manière adéquate. Travaillant avec des fonds limités, les humanitaires tentent de déterminer qui a le plus besoin d’aide. Pourtant, à maintes reprises, les personnes touchées par une crise nous disent qu’elles préféreraient que l’aide aille à un plus grand nombre de personnes dans leur communauté, même si cela signifie que tout le monde recevrait moins. En ce qui concerne la durée, de nombreuses personnes nous disent qu’elles préfèrent recevoir des transferts réguliers pendant plus longtemps, même si le montant qu’elles reçoivent chaque mois est moins élevé. En substance, les gens souhaitent que l’aide soit “large et peu profonde” plutôt qu’”étroite et profonde”.

Pris en otage par le panier de dépenses minimum ?

Les transferts sont en grande partie basés sur un panier de dépenses minimum, un ensemble d’articles et de services de base dont les normes humanitaires déterminent qu’un ménage a besoin. Nombreux sont ceux qui pensent que fournir une aide inférieure au niveau “minimum” jugé nécessaire à la survie est contraire aux principes humanitaires. Cependant, en raison des financements limités, les humanitaires ne sont souvent en mesure de fournir ce “minimum” que pendant quelques mois. Après cela, les gens sont livrés à eux-mêmes. En tant qu’humanitaires, nous ne nous sentons plus responsables de la chute des revenus d’un ménage à un niveau insoutenable, car notre intervention est terminée. Si les gens disent que des fonds plus réguliers, même s’ils sont moins élevés, leur permettraient de mieux répondre à leurs besoins, il peut être prudent de les écouter.

S’il est courant de demander aux gens s’ils préfèrent une aide en espèces ou en nature, ils ne sont pas toujours consultés lorsqu’il s’agit de la durée, de la couverture ou de la valeur des transferts. S’engager avec les communautés touchées sur ces questions pourrait permettre d’en faire plus avec les fonds limités disponibles.

Renforcer la résilience sans augmenter les coûts : une tâche impossible ?

Le soutien à la résilience des communautés touchées est promis dans de nombreux plans de réponse, ainsi que dans les agendas et les cadres politiques mondiaux, en particulier en ce qui concerne les crises prolongées. En Somalie, la majorité des personnes interrogées (60 %) ont déclaré qu’elles préféreraient recevoir leurs transferts pour des durées plus longues, même si le montant est inférieur, contre 21 % qui préfèrent des durées plus courtes. Pour la majorité, le fait de recevoir des transferts réguliers sur une période plus longue favorise un sentiment de stabilité. Le fait de savoir que les transferts se poursuivront au cours de l’année ou des deux années suivantes leur permet de mieux gérer leurs finances et de couvrir leurs besoins.

“Je préférerais une aide à long terme à une aide à court terme. Même si ce n’est pas beaucoup, je sais au moins que je recevrai cette aide pendant au moins un an.

– femme en Somalie, bénéficiare de transferts monétaires

 

“Je vois que si le montant est faible mais pour une période plus longue, cela aidera la personne à planifier ses besoins en conséquence, et si ce mois-ci n’est pas suffisant, elle pourra planifier le mois suivant, étape par étape. Aujourd’hui, nous recevons de l’argent pour trois mois, ce qui ne nous permet pas de couvrir nos besoins.

–  homme en Somalie, bénéficiare de transferts monétaires

Au niveau communautaire, de nombreuses personnes nous ont dit qu’elles préféreraient qu’un plus grand nombre de personnes dans la communauté reçoivent une aide, même si chaque ménage recevait moins. Voici pourquoi les gens pourraient préférer une aide plus longue et moins profonde :

1. L’augmentation de la couverture semble plus juste

Près d’un Somalien sur deux a besoin d’une aide humanitaire en raison des chocs climatiques récurrents, des épidémies et des déplacements massifs liés aux conflits. Nous avons demandé aux bénéficiaires de transferts monétaires en Somalie s’ils préféraient que les fournisseurs d’aide ciblent plus de personnes avec des transferts plus petits ou moins de personnes avec des transferts plus importants. Plus de la moitié d’entre eux (63 %) sont favorables à la première option, c’est-à-dire à l’augmentation de la couverture, même si elle implique une diminution de la valeur de transfert. Les préférences des gens sont largement basées sur leur définition de l’équité. Dans une étude qualitative de suivi, de nombreuses personnes ont déclaré que l’équité signifiait traiter tout le monde de la même manière, et donc fournir de l’aide à tout le monde, même si cela signifiait que chaque individu recevrait moins, puisque tout le monde dans la plupart des communautés est d’une certaine manière vulnérable. Les données du Nigeria vont dans le même sens. Lorsqu’on a proposé aux gens deux scénarios hypothétiques sur ce que devrait être un système d’aide équitable : un système qui fournit de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin ou un système qui fournit de l’aide à tous les membres de la communauté, mais avec un montant individuel moindre, la plupart ont estimé que le deuxième scénario était plus équitable..

“S’ils ont 100 choses à distribuer mais que 600 personnes en ont besoin, je leur suggérerais de s’assurer qu’ils peuvent réduire la quantité ou même le type de biens de manière à ce que tous ceux qui en ont besoin puissent en bénéficier.

– Président du camp d’El-Miskin au Nigeria

 

“À mon avis, si l’organisation veut nous payer 60 dollars américains par personne pour 150 personnes, nous préférons qu’elle distribue plutôt 30 dollars américains par personne pour 300 personnes afin que de nombreuses personnes puissent en bénéficier. Il n’est pas juste que votre voisin ait faim et que vous soyez le seul à avoir pris quelque chose.

– Homme en Somalie, bénéficiaire de transferts monétaires

2. Les erreurs de ciblage ont moins d’impact lorsqu’un plus grand nombre de personnes sont touchées.

Lorsque les ressources sont limitées, les fournisseurs d’aide utilisent différentes approches de ciblage pour identifier les plus vulnérables. Certains utilisent des seuils de pauvreté, tandis que d’autres s’appuient sur des critères de vulnérabilité ou sur un ciblage communautaire. Cependant, dans de nombreux cas, il est difficile d’identifier avec précision “les plus vulnérables”. En Somalie, où l’exclusion fondée sur l’appartenance à un clan ethnique est monnaie courante, les erreurs de ciblage – selon les membres de la communauté – sont monnaie courante. Certaines personnes interrogées considèrent que l’augmentation de la couverture est un moyen de remédier à cette situation. Si relativement peu de personnes sont sélectionnées pour recevoir une aide dans une communauté où les besoins sont importants, toute erreur d’inclusion ou d’exclusion a un impact considérable. L’augmentation de la couverture, en revanche, garantit que ces erreurs sont moins importantes.

“Le problème est que si l’on donne plus d’argent et que le processus n’est pas équitable, on ne fait que gaspiller de l’argent parce que certaines personnes qui en ont vraiment besoin n’en recevront pas et que celles qui n’en ont pas besoin s’enrichiront. En revanche, si vous donnez à beaucoup de gens, ceux qui en ont réellement besoin seront plus nombreux à recevoir l’argent.

– Femme en Somalie, bénéficiaire de transferts monétaires

3. Une couverture plus large peut mieux correspondre aux normes de la communauté

De nombreuses personnes appartenant à des communautés vulnérables partagent leur aide avec d’autres, afin d’étendre le soutien qu’elles ont reçu à d’autres personnes qui souffrent également. Le partage est particulièrement répandu en Somalie, où 34% des personnes interrogées dans le cadre du Baromètre des transferts monétaires en 2022 ont déclaré partager leurs transferts monétaires avec d’autres ménages. Pour de nombreuses personnes, le partage est une pratique culturelle et religieuse qui corrige la vulnérabilité généralisée associée à la faible couverture de nombreux programmes d’aide. À la question de savoir ce que les fournisseurs d’aide pourraient faire pour ne pas avoir à partager leurs transferts avec d’autres, la réponse a été, sans surprise, d’augmenter la couverture. Même l’approche de ciblage la mieux intentionnée est inefficace dès que les gens commencent à redistribuer l’aide de manière informelle, ce qui soulève de grandes questions sur le temps consacré à l’élaboration et à la mise en œuvre de telles approches.

“Si vous savez que la maison voisine n’a pas pris son petit-déjeuner ou son déjeuner, vous allez partager avec elle et probablement avec toute la communauté. En général, les Somaliens ont une culture du partage ; que vous ayez peu ou beaucoup, vous partagez parce que c’est ainsi que vous vous en sortez. Les Somaliens partageront toujours ; c’est ainsi que nous avons été élevés et qu’on nous a appris à le faire.

– Homme en Somalie, bénéficiaire de transferts monétaires

“[Les organisations humanitaires] devraient savoir avec qui les gens partagent leur aide et essayer de les aider si elles le peuvent.”

– femme en Somalie, bénéficiaire de transferts monétaires

“Il faudrait qu’elles soutiennent tous ceux qu’elles peuvent afin que les gens ne se sentent pas obligés de partager.”

– femme en Somalie, bénéficiaire de transferts monétaires

La voie vers un avenir résilient ?

Malgré le discours sur la participation à l’action humanitaire, la consultation semble encore assez symbolique. Il ne suffit pas de poser des questions ou de partager des plans – ceux qui sont chargés de concevoir et de financer les programmes doivent être plus à l’aise avec le fait de laisser les opinions et les contributions des gens influencer les décisions difficiles. Face à des écarts de financement de plus en plus importants, il est possible de faire beaucoup plus pour écouter les préférences des gens et leur faire confiance pour savoir ce qui les aiderait le plus.

Est-il possible d’augmenter la couverture en fonction des préférences de la communauté afin de réduire les redistributions inutiles ? L’aide peut-elle être fournie pour une période plus longue afin d’assurer la sécurité des personnes et de leur permettre de planifier l’avenir ? Les transferts monétaires peuvent-ils être superposés ou intégrés à l’aide aux moyens de subsistance ? L’une ou l’autre de ces solutions aidera-t-elle vraiment les gens à se débrouiller seuls ? C’est à eux qu’il faut poser la question.

Pour en savoir plus sur les perceptions des communautés en matière d’équité, de résilience, etc.

Ground Truth Solutions. juillet 2023. Overcoming power imbalances: Community recommendations for breaking the cycle.

Ground Truth Solutions. décembre 2022. Rights, information, and predictability: Keys to navigating a complex crisis.

Ground Truth Solutions. juillet 2022. Community reflections: The cumulative impact of keeping people informed.

Ground Truth Solutions. février 2022. The participation gap persists in Somalia.

Ground Truth Solutions. june 2021.  Understanding perceptions of fairness and aid modality preference.

CALP Network. août2022. The changing landscape of cash preparedness: Real time learnings from the Horn of Africa

Bio de l’auteure :

 

 

 

 

 

 

Heba Ibrahim est analyste chez Ground Truth Solutions, une organisation non gouvernementale internationale qui vise à placer les personnes touchées par une crise au centre des décisions qui affectent leur vie. L’une des initiatives de Ground Truth Solutions est le baromètre des transferts monétaires qui s’adresse aux bénéficiaires de transferts monétaires pour savoir comment ils vivent l’aide qu’ils reçoivent et connaître leurs recommandations à l’intention des acteurs humanitaires.

 

Le b.a.-ba des transferts monétaires : tout ce que vous devez savoir

Explorer maintenant